• Finies les vacances, retour au bercail depuis le début de la semaine. Ah qu'elles étaient bonnes ces vacances !... Les premières depuis la naissance de MiniTroll, autant dire 9 mois (parce que le premier qui dit que le congé maternité, c'est des vacances au sens reposant du terme, moi je lui file 2 gamins pendant 3 mois avec réveil toutes les 4h la nuit pour voir ce qu'il en pense...). Nous avons vu le soleil, ce qui était un vrai bonheur en soi avec cet affreux hiver. Et on a vu de la neige à n'en plus finir, comme la neige lors des vacances d'hiver de mon enfance où ça montait devant les fenêtres. Y'avais que GrandTroll, genre blasé, pour raconter à son père qu'il y avait "un peu" de neige. Goujat.

    Des années que je n'avais pas skié sur une belle neige comme ça, moelleuse et abondante. Raaaaah.... Bon, y'a juste que j'ai aussi régressé en faisant essentiellement du ski en chasse-neige et au ralenti pour que GrandTroll, fort de son Ourson, apprenne progressivement à dompter l'affreuse piste verte. On a bien tenté la bleue, à la demande expresse de GrandChéri qui en avait marre de la Verte. Mais j'ai du me taper la descente avec un GrandTroll apeuré et pleurnichant accroché à mon pantalon de ski, donc on a pas renouvelé. Et comme Grand Chéri pestait, eh ben une fois que GrandTroll était à son cours et MiniTroll chez PapiMami, j'tai emmené GrandeGueule GrandChéri sur le haut de la Bleue, limite qu'elle pourrait être rouge avc son petit espace pentu pas large bordé de sapins d'un côté et de vide enneigé de l'autre, avec un petit border cross trop facile précédé d'un panneau "pour skieurs expérimentés". Facile quoi. Sauf que GrandeGueule GrandChéri est aussi Grand Débutant huhuhu... Il était top mimi les skis croisés-je-sais-pas-comment-il-a-fait-son-coup-j'aurais-voulu-le faire-j'aurais-pas-réussi, en train de m'implorer d'un air hagard de remonter fissa pour l'aider à déchausser parce qu'il était coincéééééééééééééééé ! Je rigolais tellement que j'ai même pas réussi à trouver mon appareil photo dans les poches pour immortaliser ce grand moment de dépendance. Rooooo, je suis médisante quand même.

    Bref, c'était bon les vacances. Le lait cru des vaches, les faisselles, le steack de bison, les jeux de société, la luge, la fondue et les saucisses (ça, je dois dire que c'était top aussi quand GrandTroll trop gourmand les a vomi à table).

     

    Dur dur la rentrée !


    votre commentaire
  • J'ai lu que 90% des gens interrogés trouvaient la Saint-Valentin ringarde et commerciale.

    Bon.

    Moi je parie que dans ces 90%, il y en aura bien 90% qui, paradoxalement, feront la trogne si leur bien-aimé(e) ne leur offre pas un petit présent ringard et commercial. Et puis c'est assez énervant finalement de coller ce "commercial" à chaque fête. Comme si, maintenant, le must consistait à ne plus se faire de cadeau pour montrer qu'on est au-dessus du lot.

    Si c'est comme ça,moi, je veux bien être ringarde. J'aime offrir mon petit cadeau à mon chéri pour la Saint-Valentin. J'aime offrir des fleurs à ma maman pour la fête des mères (et j'aime que mes trolls pensent à moi avec leurs colliers de nouilles). J'aime offrir des fleurs à ma grand-mère pour la fête des grand-mères. D'autant plus que chaque année passant, je me dis que ce sera peut-être la dernière fois, alors autant lui faire ce plaisir.

    Et puis tant qu'à faire, arrêtons de célébrer Noël, parce que là, pour le coup, on est dans le commercial à fond les manettes. Finis les sapins, les guirlandes, zéro cadeau (comme ça, en plus, on ne risque pas d'être déçu et pas besoin de les revendre le lendemain sur internet). Je ne parle même pas d'un repas de Noël, on va quand même pas dépenser des sous pour l'industrie agro-alimentaire ou les viticulteurs champenois qui s'en mettent plein les poches, n'est-ce-pas ? Pff, j'en ai connu des comme ça qui ne faisaient jamais de cadeau de Noël au reste de la famille parce qu'ils trouvaient Noël futile, mais par contre ils ne râlaient jamais quand ils recevaient des cadeaux et acccepaient volontiers de se faire inviter à manger. Râââhhhh, je suis médisante. C'était la famille de BêtEx, ça doit être pour ça. :-)

    Bref, je suis ringarde, et je l'assume !


    votre commentaire
  • 4 pattes, 50cm au garrot. Belle bête. Et toujours dans mes pattes en travers de mon chemin. Evidemment, en me baissant pour attraper MiniTroll qui pleurait, il s'est trouvé sur mon chemin et je me suis affalée dessus. Crac. Ô bruit sinistre. Sur ce coup-là, y'a pas à tortiller du croupion, le membre est bel et bien cassé. Même pas besoin de radio, on sent bien les abouts cassés nets et francs.

    Quand ma chienne avait eu du mal à mettre bas, j'avais été incapable de gérer la situation (à part éponger à la serpillère les résidus de placenta de césarienne autour de la table de chir, en reniflant bruyamment et en tremblant, j'ai rien su faire d'autre) . Quand mon chat s'était tapé une méga gastro-entérite, j'avais été incapable de gérer la situation (je voyais une occlusion intestinale partout et je l'ai opéré... alors qu'il n'y avait aucun corps étranger. Juste une grosse gastro j'vous dis). Bref, soigner ce qui est à moi, je sais pas gérer.

    Oh hé allez, je vais tâcher de faire mieux. Fracture simple, c'est pas la mer à boire. J'insise. je vois les deux abouts. Un bon coup de Super-Glue. Je recouds. J'attends que ça sèche. Ca devrait aller nickel.

    Ben non. A peine posé par terre. Re-crac.

    Alors là, OK. Il faut de la chir, de la vraie. Hop hop hop. Je sors les broches. Je re-incise, nettoie ma cochonnerie de super-glue qui n'a servie à rien sauf à tout saloper. J'enfile une broche, puis une autre (les pattes sont longues, vingt dieux). Je teste, je tords, je triture. Ca tient. Bingo. je referme. J'admire mon oeuvre.

    Y'a pas à dire, je progresse. Cette fois, j'ai su gérer. Regardez comme il tient bien sur les pattes mon bestiau :

    Fracture

    Et pis il est bien réparé hein ! Qui s'imaginerait qu'il a un double enclouage centro-médullaire dans une de ses pattes ?

     


    votre commentaire
  • Hier, j'ai cru que ce serait une journée cool. Quelle chance : pas trop de RDV, je vais enfin souffler un peu, même que je vais avoir le temps de faire ma compta le matin et faire mes courses l'après-midi. Je vais pouvoir acheter un cadeau de Saint-Valentin à GrandChéri autrement qu'en surfant sur internet entre deux consults. Cool.

    Tring-ding-ding (ça, c'est le cri du téléphone, le pire ennemi du véto). Mise-bas difficile sur une chienne. OK, ça peut se finir la césarienne, mais comme elle en a déjà sorti 6 cette nuit comme une grande, on devrait pouvoir gérer la suite tranquillou. Radio. Chiotte mes bains de développement sont fatigués, chiotte la chienne est grasse, chiotte on voit pas trop grand chose, mais bon j'en devine quand même deux. Deux chiots qui restent à sortir. Allez hop hop, perf de glucose, un p'tit coup d'ocytocine, je mets tout ça au chenil et à tout à l'heure. 15 minutes plus tard, pouf pouf, deux chiots de sortis, un mort-né et un gros tout costaud tout vivant. La chienne est enfin calme, se couche, lèche tout ça et voilà. Je caresse la mémère, tiens c'est quoi cette bosse sous ma main en touchant le ventre ? Allez debout ma grosse, on palpe tout ça. Ras, je sens rien. Quatre heures plus tard, la maman rentre chez elle avec ses pitchounes.

    Matinée sympa, les mises-bas c'est quand même mimi, sympas, mieux que les euthanasies ou les diagnostics de cancer. Et pis si ça finit en césarienne, moi je trouve ça cool aussi car les ASV sont contentes et puis la chirurgie, ça ne me stresse jamais. J'aime ça.

    Ca aurait été super cool si madame venant récupérer la chienne n'avait pas dit Ah mais on veut pas en garder autant, faut en tuer, hein. Lesquels on tue ? Ah ben là faut pas compter sur moi pour faire l'arbitre. On n'est pas au marché. Ben oui y'en a 6 de réservés alors les autres on en veut pas. No comment. La mémère en a chié pour les faire. Les petits en ont chié pour prendre leur première inspiration et trouver le chemin du garde manger. Et moi je me suis extasiée (comme d(habitude) devant chacun d'eux. Celui-là il est petit et y bouge pas beaucoup alors bon, il va mourir non ? C'est possible oui. C'est même très probable. Bon ben mon mari s'en occupera.Ben non, tant qu'à faire je vais faire ça proprement. Oui madame gratuitement parce que franchement j'ai les boules de l'imaginer dans un sac plastique en train d'asphyxier pour satisfaire votre commande de chiots.

    Bon enfin volà, c'est ainsi.

    Ca aurait pu être fini. C'était beau quand même et basta.

    Et pis ce matin, re-tring-ding-ding. J'entends mon ASV dire Oh la vache elle les avaient bien cachés. Verdict : elle en a fait encore 3 autres entre hier soir et ce matin. Oh misère. Et pis madame qu'est pas contente. Je la comprends bien sûr. Misère de misère. Bien sûr j'ai loupé quelque chose : les bains radio qui étaient à changer, ma petite suspicion que j'aurais du explorer plus. J'ai de l'intuition et là, devant la petite lumière rouge qui s'est allumée, j'ai appuyé bien trop tôt sur l'interrupteur pour l'éteindre. C'est tout de ma faute. Je peux bien sûr pester sur les propriétaires qui au final ont tué les derniers rescapés pour n'en garder que 6 (conformément à la commande) mais les torts sont pour moi. Moi et ma fatigue. Moi trop contente d'avoir enfin 2 heures d'affilée pour faire la compta. Moi et ma certitude que la matinée devait être cool et que j'ai refusé inconsciemment qu'elle ne le soit pas, refusé que finalement ce soit une matinée comme les autres, avec ses imprévus et ses courtes poses de 10 à 15 minutes qui laissent à peine le temps d'ouvrir le logiciel de compta qu'il faut retourner en consult.

    Bref, j'ai eu mon "Port-Royal" à moi. Les conséquences sont certes moins graves, l'échelle n'est pas la même. Les chiots sont sortis vivants, c'est juste les propriétaires qui ont choisi de les faire mourir. Mais je suis sûre que dans ma tête il se passe la même chose que dans la tête de la sage-femme : à quel moment on a pris le mauvais chemin ? Pourquoi ? Et la culpabilité qui vous ronge.

    Ah pis tiens, j'avais oublié que j'avais aussi eu Mister Arnaque. Il m'amène sa chienne qui a une tumeur sur la patte. Il est temps d'opérer, tant qu'on a encore assez de peau pour refermer sans trop de problème. On le fait passer en accident de chasse ? qu'il me dit ce grand couillon. Ben non, désolée, c'est une tumeur, pas un accident de chasse. Ben oui mais on est en période de chasse. Ah oui tiens elle est pas mal celle-là, on me l'avait pas encore faite. Mais comme le dit l'assurance chasse, c'est pour les accidents de chasse pas pour tout-ce-qui-arrive-entre-septembre-et-février. Genre elle fait une piro c'est aussi un accident de chasse parce que les tiques c'est à la chasse ? Et pis la tumeur, sorry, mais c'est trop gros comme ficelle. Oui ben si c'est comme ça je repars avec ma chienne. Ben repartez hein, qu'est-ce que vous voulez que je vous dise ? Vos voulez arnaquer les assurances mais vous me demandez de mentir à votre place. Moi c'est niet, c'est tout. On est droit dans ses bottes ou on ne l'est pas. Bref, il est reparti avec sa chienne en claquant la porte mais en payant sa consult quand même faut pas pousser.

    Belle journée.


    votre commentaire
  • Me v'là de retour. J'avais déjà tenu un blog, j'avais arrêté. Et puis me rev'là.

    Presque chaque jour me venaient des idées de billets à écrire, des petites histoires à raconter, épitouça. Même que j'ai pensé les écrire sur un cahier, oui madame, tout à fait : à l'ancienne. Et pis je me suis dit, allez ma grande, on y va, on recommence. J'adore conslter les blogs des autres et  chaque fois ça me donnait envie d'écrire aussi. Et pis BelHommei dit souvent qu'il aime mon style. J'l'ai dragué un peu comme aussi. L'amour , ça s'entretient, je vais l'entretenir avec mon style. Et pis vue que je suis pas très marrante en ce moment (d'où le titre du blog), je vais faire mes articles avec mon petit ton marrant, BelHomme verra que je suis, envers et contre tout, une fille marrante.

    Mais je manque cruellement de temps. Ah ben tiens, on s'en serait pas douté vu le titre du blog. Mais j'ai tant à dire là-dessus, justement, que ça devient urgent pour moi de l'écrire, le partager. Je ne suis pas très loin du burn-out. Tous les signaux sont dans le rouge. Je le sais. Je connais les signes, j'ai lu des tas de machins là-dessus, dans la profession on en parle beaucoup. Donc je sais. Mais je ne sais pas comment m'en sortir. Peut-être que de l'écrire m'aidera.

    Donc voilà. Je suis vétérinaire libérale. Et maman. De deux trolls. Un GrandTroll et un PetitTroll. Enfin, le Grand est encore Petit, ces années tiennent encore sur les doigts d'une main. Mais ne lui dites surtout pas qu'il est petit. Pour lui, j'suis "maman à mi-temps" : une semaine chez son papa, une semaine chez moi. Son papa, c'est BêtEx, huhuhu, vous comprendrez pourquoi ! Et mon MiniTroll, ma perle d'amour qui rampe et qui bave. Et pis BelHomme, mon GrandCheri. Bref, tout un petit monde à gérer. Avec des collègues de travail, un associé. L'Enfer, c'est les autres quoi.

    Voilà. Je vais vous raconter des petites histoires, des grandes histoires, des trucs bêtes et pis peut-être des trucs intelligents.

    A bientôt !


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique