• Port-Royal

    Hier, j'ai cru que ce serait une journée cool. Quelle chance : pas trop de RDV, je vais enfin souffler un peu, même que je vais avoir le temps de faire ma compta le matin et faire mes courses l'après-midi. Je vais pouvoir acheter un cadeau de Saint-Valentin à GrandChéri autrement qu'en surfant sur internet entre deux consults. Cool.

    Tring-ding-ding (ça, c'est le cri du téléphone, le pire ennemi du véto). Mise-bas difficile sur une chienne. OK, ça peut se finir la césarienne, mais comme elle en a déjà sorti 6 cette nuit comme une grande, on devrait pouvoir gérer la suite tranquillou. Radio. Chiotte mes bains de développement sont fatigués, chiotte la chienne est grasse, chiotte on voit pas trop grand chose, mais bon j'en devine quand même deux. Deux chiots qui restent à sortir. Allez hop hop, perf de glucose, un p'tit coup d'ocytocine, je mets tout ça au chenil et à tout à l'heure. 15 minutes plus tard, pouf pouf, deux chiots de sortis, un mort-né et un gros tout costaud tout vivant. La chienne est enfin calme, se couche, lèche tout ça et voilà. Je caresse la mémère, tiens c'est quoi cette bosse sous ma main en touchant le ventre ? Allez debout ma grosse, on palpe tout ça. Ras, je sens rien. Quatre heures plus tard, la maman rentre chez elle avec ses pitchounes.

    Matinée sympa, les mises-bas c'est quand même mimi, sympas, mieux que les euthanasies ou les diagnostics de cancer. Et pis si ça finit en césarienne, moi je trouve ça cool aussi car les ASV sont contentes et puis la chirurgie, ça ne me stresse jamais. J'aime ça.

    Ca aurait été super cool si madame venant récupérer la chienne n'avait pas dit Ah mais on veut pas en garder autant, faut en tuer, hein. Lesquels on tue ? Ah ben là faut pas compter sur moi pour faire l'arbitre. On n'est pas au marché. Ben oui y'en a 6 de réservés alors les autres on en veut pas. No comment. La mémère en a chié pour les faire. Les petits en ont chié pour prendre leur première inspiration et trouver le chemin du garde manger. Et moi je me suis extasiée (comme d(habitude) devant chacun d'eux. Celui-là il est petit et y bouge pas beaucoup alors bon, il va mourir non ? C'est possible oui. C'est même très probable. Bon ben mon mari s'en occupera.Ben non, tant qu'à faire je vais faire ça proprement. Oui madame gratuitement parce que franchement j'ai les boules de l'imaginer dans un sac plastique en train d'asphyxier pour satisfaire votre commande de chiots.

    Bon enfin volà, c'est ainsi.

    Ca aurait pu être fini. C'était beau quand même et basta.

    Et pis ce matin, re-tring-ding-ding. J'entends mon ASV dire Oh la vache elle les avaient bien cachés. Verdict : elle en a fait encore 3 autres entre hier soir et ce matin. Oh misère. Et pis madame qu'est pas contente. Je la comprends bien sûr. Misère de misère. Bien sûr j'ai loupé quelque chose : les bains radio qui étaient à changer, ma petite suspicion que j'aurais du explorer plus. J'ai de l'intuition et là, devant la petite lumière rouge qui s'est allumée, j'ai appuyé bien trop tôt sur l'interrupteur pour l'éteindre. C'est tout de ma faute. Je peux bien sûr pester sur les propriétaires qui au final ont tué les derniers rescapés pour n'en garder que 6 (conformément à la commande) mais les torts sont pour moi. Moi et ma fatigue. Moi trop contente d'avoir enfin 2 heures d'affilée pour faire la compta. Moi et ma certitude que la matinée devait être cool et que j'ai refusé inconsciemment qu'elle ne le soit pas, refusé que finalement ce soit une matinée comme les autres, avec ses imprévus et ses courtes poses de 10 à 15 minutes qui laissent à peine le temps d'ouvrir le logiciel de compta qu'il faut retourner en consult.

    Bref, j'ai eu mon "Port-Royal" à moi. Les conséquences sont certes moins graves, l'échelle n'est pas la même. Les chiots sont sortis vivants, c'est juste les propriétaires qui ont choisi de les faire mourir. Mais je suis sûre que dans ma tête il se passe la même chose que dans la tête de la sage-femme : à quel moment on a pris le mauvais chemin ? Pourquoi ? Et la culpabilité qui vous ronge.

    Ah pis tiens, j'avais oublié que j'avais aussi eu Mister Arnaque. Il m'amène sa chienne qui a une tumeur sur la patte. Il est temps d'opérer, tant qu'on a encore assez de peau pour refermer sans trop de problème. On le fait passer en accident de chasse ? qu'il me dit ce grand couillon. Ben non, désolée, c'est une tumeur, pas un accident de chasse. Ben oui mais on est en période de chasse. Ah oui tiens elle est pas mal celle-là, on me l'avait pas encore faite. Mais comme le dit l'assurance chasse, c'est pour les accidents de chasse pas pour tout-ce-qui-arrive-entre-septembre-et-février. Genre elle fait une piro c'est aussi un accident de chasse parce que les tiques c'est à la chasse ? Et pis la tumeur, sorry, mais c'est trop gros comme ficelle. Oui ben si c'est comme ça je repars avec ma chienne. Ben repartez hein, qu'est-ce que vous voulez que je vous dise ? Vos voulez arnaquer les assurances mais vous me demandez de mentir à votre place. Moi c'est niet, c'est tout. On est droit dans ses bottes ou on ne l'est pas. Bref, il est reparti avec sa chienne en claquant la porte mais en payant sa consult quand même faut pas pousser.

    Belle journée.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :